Le raccordement à l’égout consiste à déclencher un raccordement particulier et substantiel à partir du canal d’égout inséré dans un site routier jusqu’au point, qui à son tour doit être spécifique et précis, dans lequel l’utilisateur demande le service. Généralement, le raccordement à l’égout se connecte à un collecteur, une section spécifique d’un égout.

Tous les utilisateurs sont obligés de raccorder leurs canalisations à la chaussée principale, si à leur tour ils sont équipés de systèmes d’eau et que l’eau s’écoule dans les résidences appropriées en continu et pendant longtemps. On peut donc dire que le raccordement à l’égout n’est rien de plus qu’un raccordement entre le drain et la chaussée principale, qu’il soit situé en banlieue ou dans des endroits situés dans les bureaux centraux.

À ce stade, il faut dire qu’il existe différents types d’égouts qui comprennent: l’émissaire, le collecteur, l’égout et l’égout. Dans ce cas précis, l’égout est la typologie qui nous intéresse et c’est une canalisation qui collecte les eaux qui à leur tour proviennent de la route ou des égouts de raccordement privés, les acheminant vers les collecteurs.

Le raccordement à l’égout peut concerner à la fois des entités publiques et privées.

Lorsqu’il est nécessaire de prévoir un raccordement à l’égout

Le raccordement à l’égout est jugé approprié et obligatoire lorsque certaines caractéristiques jugées particulières ne sont plus respectées. L’un d’entre eux, parmi les plus pris en compte, dans la sphère publique , est la distance entre le bien indiqué et les canalisations de la commune à laquelle il appartient.

En fait, par exemple, pour les agglomérations résidentielles individuelles, la distance de 50 mètres doit être respectée. Il ne doit pas y avoir plus de 100 mètres pour les établissements résidentiels multifamiliaux ou en copropriété, car il ne doit pas y avoir plus de 200 mètres pour les installations industrielles.

Dans le même temps, cependant, le besoin spécifique de chaque région a été souligné de faire deux autres lois dont on se souvient comme les règles pour la protection de l’environnement et le plan régional de réhabilitation des eaux d’ERAR.

Chaque commune dispose également de sa propre réglementation spécifique sur les rejets d’eaux usées et c’est précisément cette législation que chaque usager doit suivre et par conséquent appliquer.

Même à un niveau privé, des directives doivent être prises en considération pour effectuer correctement et correctement un raccordement tout-à-l’égout .

Dans ce cas également, il doit y avoir à la fois l’approbation de la municipalité par la délivrance de la licence et une utilisation correcte des matériaux appropriés. Les réseaux d’égouts publics ne doivent en aucun cas être défigurés. 

Par conséquent, tant les règles de sécurité en vigueur que les sanctions, même pénales, qui peuvent être encourues sur le lieu de travail doivent être prises en considération.

Il existe également différents types de connexions, y compris le greffage sur une fosse d’inspection existante ou le couplage sur une fosse d’inspection à construire à partir de zéro.

Comment établir un raccordement à l’égout

Cette connexion est donc généralement utilisée pour relier un bâtiment à un égout public . Il est important de dire qu’il est demandé individuellement pour chaque bâtiment, donc il ne se réfère pas à une seule résidence. Il est obligatoire de demander le raccordement à l’eau et cela se produit dans la commune à laquelle il appartient. 

Plus précisément, il faut souligner que le type de système d’échappement à construire, une fois la demande acceptée et après une inspection approfondie, dépend essentiellement du type de collecteur municipal utilisé sur la route. 

On peut souligner que les principaux types de connecteurs sont au nombre de deux: un pour les eaux noires et un pour les eaux vives; puis on trouve un troisième type qui fait référence aux eaux mixtes: une union d’eaux blanches et noires.

Après avoir atteint ce point, cependant, on ne peut manquer de se concentrer sur la distinction substantielle et importante entre les eaux noires et blanches. Les premiers contiennent des déchets et reposent sur des activités domestiques humaines ou sur des activités industrielles et sont nocifs pour la santé publique, tandis que les seconds ne sont pas considérés comme nocifs pour la santé, en fait ils se réfèrent par exemple aux eaux de pluie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *